Meilleures ventes

  • Inflammation - Douleurs - Bromelaïne 400
    Bromelaïne 400

    Enzyme protéolytique extraite de la tige de l'ananas, la bromélaïne...

    45,00 €
  • Inflammation - Douleurs - Boswellia Serrata
    Boswellia Serrata

    Le boswellia serrata Unessence revêt une particularité unique : il...

    36,00 €
  • Sels minéraux - MSM
    MSM

    Soufre assimilable, le MSM se concentre particulièrement dans le foie où...

    20,00 €
  • Notre sélection - Gattilier
    Gattilier

    Le gattilier est la quintessence des plantes déstinées à la femme. Elle...

    32,00 €
  • Inflammation - Douleurs - Curcumine Bambou
    Curcumine Bambou

    L'association de la curcumine et du bambou permet de réguler de très...

    37,00 €
  • Acides gras essentiels - Neptune Krill Oil
    Neptune Krill Oil

    Le cerveau est composé à 60% de graisses. Les Oméga 3 sont constitués de...

    33,00 €
  • Stress – Spasmophilie - Acetyl Taurinate de Magnesium
    Acetyl Taurinate de Magnesium

    Complexe de Taurine et de Magnésium au potentiel véritablement très...

    33,00 €
  • Familles de produits - Acide Alpha R Lipoïque 100
    Acide Alpha R Lipoïque 100

    Molécule de base et véritable plaque tournante dans la production, la...

    35,00 €

Catégories

Nouveaux produits

  • Mes Cheveux
    Mes Cheveux

    Mes Cheveux est un complexe destiné à dynamiser et stimuler la repousse...

    32,00 €
  • Ma Peau
    Ma Peau

    Ma Peau est un complexe à la formule unique et liposomale riche en...

    33,00 €
  • Cordyceps CS-4
    Cordyceps CS-4

    Le CS-4 (mycellium du cordyceps), utilisé depuis des siècles dans la...

    32,00 €

ADHD / TDAH : les réponses naturelles aux troubles déficitaires de l'attention et de l'hyperactivité

Publié le : 13/03/2019 21:41:27

ADHD / TDAH : les réponses naturelles aux troubles déficitaires de l'attention et de l'hyperactivité

Les troubles déficitaires de l'attention et de l'hyperactivité affectant prioritairement les enfants et adolescents apparaissent comme un nouveau défi à la médecine et aux parents. Ce n'est pas une maladie mais un trouble aux multiples causes. Le TDAH (ADHD) traduit une inadéquation de plus en plus grande entre un environnement pollué et un organisme fragile et en pleine croissance. Il affecte entre 5% et 15% des enfants.
Une étude en Allemagne sur 17461 enfants et adolescents montre une prévalence de 4,8%. L'apparition des symptômes survient pour 1,5% avant l'école primaire, 5,3% à l'école primaire et 7,1% au collège.
Université Johannes Gutenberg de Mayence. Allemagne. 2008


Les symptômes du TDAH

Impulsivité, impatience, inattention, agressivité, opposition, faible tolérance à la frustration, manque d'organisation, syndrome des jambes sans repos, bégaiement, troubles du sommeil

Le traitement habituellement proposé par la médecine allopathique est une thérapie comportementale accompagnée de la prise de methylphénidate (ritaline). Voyons dans cet article comment les compléments alimentaires peuvent jouer un rôle clé dans l'accompagnement thérapeutique. De plus en plus de médecins et parents optent pour cette solution, appuyée par de multiples études scientifiques.


Les causes du TDAH

Agressions environnementales
Erreurs alimentaires Facteurs génétiques Troubles infectieux Facteurs psychologiques
  • bisphénol
  • phtalates
  • pesticides (organophosphate, organochlorés, plastiques, vulnérabilité génétique, métaux lourds (mercure))
  • vaccins
  • cigarette
  • levures
  • parfums
  • processus de détoxification défectueux
  • intestins poreux
  • carences en nutriments essentiels
  • excès de sucre, gluten, caséine, blé, produits laitiers, phénols, levures, sodas, café, colorants, additifs
  • malnutrition pendant la grossesse
  • défaut du gêne du récepteur à la dopamine (DRD4)
  • virus
  • champignons
  • bactéries
  • agression physique
  • chimique ou psychologique dans les premières années du développement du cerveau de l'enfant

Une étude a été réalisée à l'université Radboud aux Pays-Bas sur 3200 personnes souffrant d'ADHD. L'utilisation de l'IRM montre que certaines régions du cerveau sont plus petites chez les personnes souffrant d 'ADHD, notamment le noyau accumbens (circuits de la récompense), le putamen (régulation des mouvements et apprentissage), l'amygdale et l'hippocampe (mémorisation et gestion des émotions)


L'importance du fer dans le TDAH


Le fer, au carrefour du TDAH et de la dopamine

Le neurotransmetteur le plus fortement impliqué dans l'ADHD est la dopamine. Cette dernière se trouve en insuffisance au niveau cérébral et provoque les symptômes habituellement retrouvés dans le TDAH. Le manque de dopamine est relié à un déficit dans l'auto-régulation des pulsions. La dopamine stimule et active les circuits de la récompense et augmente la motivation. Elle permet de mieux se concentrer sur une tache et évite les phénomènes de dispersion.

Une des causes premières du TDAH serait la carence en fer. Le fer est un métal d'une grande importance pour le développement cérébral de l'enfant. De nombreuses études scientifiques ont révélé une carence en fer chez les enfants et adolescents souffrant d'ADHD en l’absence d’anémie. Les causes sont reliés à deux périodes critiques qui déterminent les taux de fer dans l'organisme : la grossesse et l'allaitement. La carence peut néanmoins persister à l'âge adulte malgré la restauration des niveaux de fer au sevrage.
Selon l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la carence en fer représente la déficience nutritionnelle la plus importante dans le monde.

World Health Organisation. Genève. Iron deficiency anemia. Assessment, prevention and control 2001

Une méta-analyse constituée de 10 études scientifiques incluant 2196 personnes dont 1196 patients-ADHD montre que les niveaux de ferritine sont significativement plus bas chez les personnes ADHD.

Département de pédiatrie. Second hopital universitaire de chine de l'ouest. Chengdu. 2017

Une étude montre que les niveaux de ferritine sont bas chez les personnes souffrant d'ADHD :

Taux de ferritine :

  • groupe ADHD : 6,04 ng/mL
  • groupe contrôle : 48,96 ng/mL

Une étude réalisée à l’hôpital Robert Debré Paris VII sur 18 enfants ADHD et 18 enfants non-ADHD soumis à un IRM montre un niveau significativement faible de fer et de ferritine dans le thalamus.

Université Paris VII. Unité de psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent.


Carence en fer & changements au niveau cérébral

La carence en fer va provoquer une augmentation des neurotransmetteurs excitateurs (adrénaline, noradrénaline) due au dysfonctionnement d'une enzyme fondamentale pour réguler l'équilibre émotionnel, la « monoamine oxydase ». L’adrénaline entraîne de la tension nerveuse, de l'agressivité, de l'angoisse.

La carence en fer provoque également l'augmentation de composés hydroxyindoles dans le cerveau, précurseurs d'un neurotransmetteur, la sérotonine, favorisant la somnolence, une diminution de l'attention et des capacités intellectuelles.


Fer et dynamisation des fonctions intellectuelles

Le fer a montré, lors d'expériences scientifiques, sa capacité à augmenter le QI des personnes expérimentées. Augmenter son apport en fer va également réduire les symptômes mentaux, les perturbations intellectuelles et les troubles du comportement tels que l'apathie, la baisse de l'attention, la somnolence et l'irritabilité.
Le bisglycinate de fer Unessence permet une prise en charge idéale du fer car il permet une assimilation maximale à l'intérieur de la cellule. Les carences en fer sont ainsi rétablies et les taux de dopamine augmentés.


Fonctions intellectuelles nettement augmentées chez l'enfant

Une étude a montré qu'après une supplémentation en fer de 10 semaines, des enfants de 4 à 5 ans anémiques présentant de grandes lacunes à des tests de compréhension, avaient rattrapé leur retard et ne se différenciaient plus des enfants non carencés en fer. (Pollit et Lebell. 1982)
Les résultats les plus impressionnants ont été réalisés par Oski et une supplémentation en fer sur 25 enfants. Les résultats au test de compréhension sur une échelle de développement (Échelle de Bailey) ont montré :

  • un gain de 7 points chez les enfants ne présentant pas de symptômes de carences en fer
  • un gain de 21 points chez les enfants présentant des symptômes de carence en fer


Le rôle clé des Oméga 3 dans le TDAH

Les Oméga 3 représentent la matière première et le composant essentiels des membranes neuronales du cerveau. Ils contiennent deux acides gras essentiels (EPA et DHA) aux rôles fondamentaux dans la croissance du cerveau chez l'enfant et l'adolescent. Ce sont de véritables facteurs de croissance pour les neurones. L'EPA et le DHA influencent la neurogenèse. Ils nourrissent et régénèrent les membranes des neurones. Ils représentent le produit naturel le plus apte à régénérer les cellules cérébrales. Le corps et le cerveau ne peuvent pas les synthétiser. Ils doivent absolument les trouver dans l'alimentation.

Les Oméga 3 améliorent également la fluidité des membranes des neurones. Ils permettent une transmission accélérée et adéquate de la dopamine, sérotonine et noradrénaline entre les neurones.

Une étude randomisée en double aveugle contre placebo a été menée afin d'évaluer l'influence des acides gras essentiels Oméga 3/Oméga 6 sur 154 enfants de 9 à 10 ans divisés en deux groupes. Le premier groupe a pris 3 gélules d'un complexe Oméga 3/Oméga 6 deux fois par jour pendant 3 mois. Le second groupe a pris un placebo.
Afin d'évaluer l'impact des Oméga 3/Oméga 6 sur les fonctions cérébrales et l'aptitude à la lecture, la batterie de test nommée Logos a été utilisée. Au terme de l'étude, les résultats ont montré que le groupe Oméga 3/Oméga 6 bénéficiait d'un apport supérieur dans :

  • l'amélioration du temps de décodage phonologique par mot (identification et prise de sens d'un mot)
  • le temps d'analyse visuelle
  • la capacité de lecture
  • la vitesse de lecture par mot
  • les problèmes d'attention

Institut de neurosciences et de physiologie. Université de Goteborg. 2017

Une étude a été réalisée sur l'influence des Oméga-3 chez 90 enfants australiens de 7 à 12 ans souffrant d'ADHD. La teneur du cerveau en DHA améliore la lecture des mots, l'orthographe, la capacité à diviser son attention, l'hyperactivité, l'agitation, les comportements d'opposition.

Centre de recherches en physiologie nutritionnelle. Université de l'Australie du Sud. Adélaide. 2012

Une méta-analyse comprenant 25 études scientifiques met en lumière 9 études. Ces dernières font apparaître un faible taux d'Oméga 3 chez les personnes souffrant d'ADHD. 16 études montrent que les Oméga 3 améliorent les symptômes de l 'ADHD comme l'hyperactivité et l'inattention.

Département de neuroscience comportementale. Université des sciences et de la sante de l'Orégon. 2014


Le krill : des omégas 3 uniques

Le Krill (Euphausia superba) est une petite crevette que l'on trouve en abondance dans la mer de Scotia, dans l'atlantique sud. Il se distingue nettement des Oméga 3 ou huiles de poissons classiques que l'on peut trouver en vente dans le commerce.
La particularité du Krill est que les acides gras (DHA et EPA) sont incorporés naturellement dans une forme de matrice ou liposome que représentent les phospholipides (phosphatidylcholine). L'incorporation cérébrale en est très nettement améliorée. Les effets sur la sphère cérébrale tant chez l'enfant que chez l'adulte sont nets, significatifs sur de nombreux troubles cognitifs.

Le Krill stimule le facteur neurotrophique dérivé du cerveau qui est un véritable facteur de croissance pour les cellules cérébrales. Les Oméga 3 ou huiles de poissons classiques augmentent prioritairement le DHA dans le cœur et le tissu adipeux.

Département d'anatomie et de biologie cellulaire. Université de l’Illinois. 2017


Les troubles du sommeil dans le TDAH

L'enfant et l'adulte ADHD peuvent être sujets à de réelles difficultés à trouver et à profiter d'un sommeil profond et réparateur. La carence en fer, le dysfonctionnement de la sérotonine et de la mélatonine ainsi qu'une fonction hépatique surchargée expliquent ces troubles de l'endormissement. Il est important se de supplémenter en fer uniquement au moment des repas et d'éviter les prises au moment du coucher.
Afin d'augmenter la disponibilité de la sérotonine et de la mélatonine et déclencher l'entrée vers le sommeil, le griffonia simplicifolia, plante de référence, est d'une grande efficacité. Il régule les pulsions émotionnelles comme l’agressivité et la frustration.

On retrouve également une grande proportion d'apnée du sommeil dans l'ADHD qui vient perturber l'architecture du sommeil. La proportion est de 25% à 30% chez les patients ADHD alors que les études font mention de 3% d'apnée du sommeil dans la population générale. Ces troubles sont reliés à la dominance de rhinites allergiques chez les enfants de 0 à 5 ans et d'hypertrophie des amygdales chez les enfants de 6 à 11 ans.

Centre médical de l'Université de Duke. Durham. Département de psychiatrie et des sciences du comportement. 2011

De nombreuse études scientifiques ont étudié les troubles du sommeil associés à l'ADHD. Dans ce trouble, il existe un dysfonctionnement d'un gêne de l'horloge circadienne qui entraîne des niveaux faibles de dopamine et les symptômes types de l'ADHD.
L'horloge circadienne régule directement les gênes liés à la dopamine, la monoamine oxydase et la dopamine B hydroxylase. Elle agit sur les gênes qui assurent le développement et la croissance des neurones dopaminergiques.

Département de pédiatrie et de santé infantile. Hôpital affilié pour enfants. Jangsu. 2015.


Glutamine, une véritable réponse à l’hypoglycémie cérébrale

Le lien important entre l 'ADHD et la consommation de sucres (sous toutes ces formes) s'avère de plus en plus croissant depuis 25 ans.
Le cerveau utilise comme principal carburant le glucose. Celui-ci est associé tout particulièrement au plaisir et à la récompense chez les enfants. La prise de sucre permet la sécrétion d'endorphines et de dopamine. Néanmoins, le glucose utilisé par nos cellules cérébrales est issu de la dégradation des réserves de sucres lents ingérés (glycogène) et ne ressemble pas aux sucres trop souvent consommés.

La glycémie cérébrale doit toujours être stable et ne doit pas subir de variation notable sans qu'il apparaisse des troubles cognitifs importants. Les cellules cérébrales se retrouvent en véritable souffrance métabolique.
La consommation de plus en plus importante de sucres rapides ou cachés associés à de nombreux colorants provoque une hyperglycémie (niveau de sucre sanguin important) et une hyperinsulinémie (niveau d'insuline sanguin important). Ces deux mécanismes déclenchent une entrée rapide, massive et continue de glucose dans le sang et au niveau cérébral. Il se produit une véritable intoxication et une incapacité pour les neurones à prendre en charge ce « carburant » inutilisable. 

Toute hyperglycémie est irrémédiablement suivie d'une hypoglycémie réactionnelle. Cela représente un mécanisme de protection face à une agression ou intoxication. Les cellules se ferment face à cet afflux de sucre rapide qui les intoxiquent. Cette supposée montée d’énergie est accompagnée d'une chute de la glycémie et son cortège de symptômes (fatigue, somnolence, baisse de la concentration et des performance cérébrales, agressivité, impulsivité, boulimie, etc.).

Les cellules cérébrales se protègent et s'imperméabilisent véritablement. Les périodes qui suivent la consommation de sucre conduisent à une baisse de dopamine au niveau cérébral et à l'apparition de l'ADHD. Les cellules cérébrales se retrouvent successivement intoxiquées puis carencées. Nous pouvons considérer la prise de sucre comme une véritable addiction. Les mécanismes neuro chimiques de l'appétence au sucre rapide sont les mêmes que d'autres addictions (alcool, jeux, drogues dures cocaïne, héroïne).

Il existe un acide aminé dont les propriétés sont analogues au sucre mais sans aucun effet secondaire : la Glutamine Peptide. C'est un carburant immédiatement disponible pour les cellules cérébrales donnant de l'énergie de manière régulière et continue sans entraîner aucune tension nerveuse, agitation ou hypoglycémie. Il ne perturbe en aucun cas la glycémie. La Glutamine Peptide est prescrite aux enfants et adultes souffrant d'ADHD. Elle permet de reconstituer les réserves de « sucre » utilisables et stockées dans le foie pour une utilisation régulière et continue.

La Glutamine Peptide est un carburant pour 3 organes essentiels aux besoins énergétiques importants et continus : le cerveau, l'intestin, les lymphocytes). Ces trois organes sont constitués de tissus à renouvellement et prolifération rapide. La glutamine Peptide remplit cette condition primordiale d'approvisionnement en carburant immédiatement disponible et utilisable. L'intestin représente l'interface digestive et émotionnelle du cerveau. La Glutamine peptide est le nutriment de choix pour ces deux organes, qu'elle nourrit et régénère.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)