Meilleures ventes

  • Sels minéraux - MSM
    MSM

    Soufre assimilable, le MSM se concentre particulièrement dans le foie où...

    20,00 €
  • Inflammation - Douleurs - Boswellia Serrata
    Boswellia Serrata

    Plante aux propriétés anti-inflammatoires et anti-douleurs très...

    36,00 €
  • Acides gras essentiels - Neptune Krill Oil
    Neptune Krill Oil

    Le cerveau est composé à 60% de graisses. Les Oméga 3 sont constitués de...

    33,00 €
  • Stress - Spasmophilie - Rhodiola Rosea
    Rhodiola Rosea

    Plante adaptogène issue d'Europe du nord (Norvège, Russie, Scandinavie)...

    27,00 €
  • Inflammation - Douleurs - Bromelaïne 400
    Bromelaïne 400

    Enzyme protéolytique extraite de la tige de l'ananas, la bromélaïne...

    45,00 €
  • Les indispensables - Gattilier
    Gattilier

    Le gattilier est la quintessence des plantes déstinées à la femme. Elle...

    32,00 €
  • Foie - Picroliv
    Picroliv

    Le picroliv, également appelé picrorhiza, est un puissant protecteur et...

    28,00 €
  • Familles de produits - Acide Alpha R Lipoïque 100
    Acide Alpha R Lipoïque 100

    Molécule de base et véritable plaque tournante dans la production, la...

    35,00 €

Catégories

Nouveaux produits

  • Cordyceps CS-4
    Cordyceps CS-4

    Le CS-4 (mycellium du cordyceps), utilisé depuis des siècles dans la...

    32,00 €
  • L - Leucine
    L - Leucine

    La L-Leucine fait partie des trois acides aminés à chaînes ramifiées...

    36,00 €

Syndrome des ovaires polykystiques : rétablir l'équilibre hormonal

Publié le : 01/03/2018 15:36:53

Syndrome des ovaires polykystiques : rétablir l'équilibre hormonal

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est un trouble que l'on retrouve chez 65 à 75 % des femmes.
Les causes sont mal connues, la constellation de symptômes qui accompagne ce trouble rendant l’interprétation difficile.
De plus, les traitements sont la plupart du temps inadaptés. Il existe portant des solutions naturelles afin de réguler ce déséquilibre qui traduit simultanément des organes en suractivité et d'autres en hypofonctionnement.




Mécanismes du syndrome des ovaires polykystiques 

La cause principale du SOPK est une insuffisance dans le fonctionnement de la thyroïde. Les ovaires ont besoin de cette dernière pour fabriquer de la progestérone. Or, si la thyroïde est ralentie, cela entraîne les glandes surrénales à surcompenser, à augmenter leur fonctionnement et à produire de plus en plus d'hormones, notamment les androgènes (hormones mâles) comme la DHEA et d'autres, responsables du syndrome des ovaires polykystiques.

Une étude scientifique réalisée à la division d'endocrinologie de l'Université d'Essen montre qu'il existe 4 fois plus de thyroïdites auto-immunes dans le SOPK. On remarque également une progestérone abaissée, un niveau de testostérone élevé et une prévalence de l'hirsutisme (groupe SOPK : 83%, groupe contrôle : 3%).

Au niveau de la thyroïde, il existe des niveaux de TSH élevés, des niveaux d'anticorps élevés (TPO et TG) marqueurs d'une agression dirigée contre la thyroïde :
- Groupe SOPK : 26,9 % des patients (47 patients sur 175)
- Groupe contrôle : 8,3 %

(Division d'endocrinologie. Université d'Essen. Allemagne. 2004)

Une étude scientifique réalisée par le scientifique Gosh montre clairement que l’hypothyroïdie entraîne :

  • une diminution de certaines protéines de liaison chargées de « séquestrer » volontairement l'action de certaines hormones mâles afin qu'elles ne soient pas présentes en trop grande quantité dans le sang et uniquement libérées si nécessaire
  • une augmentation de la conversion de l'androsténédione (prohormone mâle) en testostérone (hormone mâle)
  • l'aromatisation (transformation excessive) de l'estradiol (œstrogène protecteur et régulateur) en estrone (œstrogène direct)
  • une diminution dans l'élimination de l'androsténédione et l'estrone, les marqueurs clés du SOPK

Une étude réalisée par le scientifique Didem Ozdemir sur 107 patients révèle que 30,7% des patientes avec un SOPK ont une thyroïdite auto-immune avec un goitre. On retrouve également des nodules chez 27 % des patientes.
Une étude réalisée par le scientifique Kachuei montre une prévalence de thyroïdites auto-immunes et de goitres chez 62,3 % des patientes avec un SOPK contre 35,7 % dans le groupe contrôle.
Il apparaît de l'hirsutisme chez 72 % des femmes et une augmentation de testostérone chez 75%. Une résistance à l'insuline et une intolérance au glucose apparaissent enfin chez environ 40 % des patientes avec SOPK.


Revitaliser la thyroïde

Le traitement consiste à renforcer l'activité de la thyroïde qui est très souvent déficiente. Sa fonction est de permettre la fabrication d'énergie par les cellules du corps. Elle régule le métabolisme de base (la vitesse à laquelle la thyroïde revitalise la zone des cellules apelée mitochondrie chargée de fabriquer l'énergie de la cellule). Le ralentissement d'un ou de plusieurs organes traduit un affaiblissement de la thyroïde.

La Laminaria Japonica est l'algue contenant le plus d'iode associée à de très nombreux sels minéraux et oligo-éléments rares et indispensables aux milliers de réactions enzymatiques produites à chaque seconde. Ce cocktail va véritablement nourrir la thyroïde et lui permettre d'énergétiser toutes les cellules de l'organisme. L'abondance de sels minéraux va relancer toutes les cellules de l'organisme, rétablir l'acidose, oxygéner toutes les cellules de l'organisme et ainsi relancer un organisme en réelle perte de vitesse. Une thyroïde en pleine santé permet à l'organisme de s'adapter aux contraintes diverses et les plus difficiles qui lui sont imposées.

Le sélénium et le fer sont deux sels minéraux indispensables à la fabrication des hormones thyroïdiennes actives comme la T3 libre.

Le Sélénium (sélénométhionine) permet de fabriquer au sein des cellules thyroïdiennes, une molécule fondamentale, détoxifiante et régénératrice, apellée le glutathion (GSH). Celui-ci est l'antioxydant majeur et n°1 situé à l'intérieur de chacune de nos cellules. 
Le glutathion nettoie et élimine les toxines et toxiques situés à l'intérieur de la cellule de la thyroïde. Ainsi, les cellules retrouvent un fonctionnement et une vigueur toutes nouvelles.
Le sélénium possède également la propriété de réparer l'ADN des cellules ralenties ou endommagées. La thyroïde étant le siège d'une forte oxydation, il est nécessaire de neutraliser l'excès de radicaux libres produit par et contre la thyroïde. Cette dernière doit fournir de l'énergie à toutes les cellules et les mitochondries de l'organisme. 

L'une des carences majeures de l’hypothyroïdie est la déficience en fer avec comme trouble associé l'anémie. Les femmes sont souvent carencées en fer, tout particulièrement celles qui ont des règles abondantes. Il est donc indispensable de RÉGULER les niveaux de fer et de ne pas obligatoirement apporter du fer, surtout s'il existe une inflammation ou des grosseurs. L'apport de fer exogène ne ferait que précipiter un terrain inflammatoire et d'aggraver les lésions aux cellules car le fer agit comme un pro-oxydant. Le fer est très important car il agit sur un enzyme, la thyropéroxidase, qui permet de fixer l'iode, nutriment fondamental pour la thyroïde.  
Le fer est indispensable à la fonction cérébrale car il permet la synthèse de la dopamine, neurotransmetteur de l'énergie cérébrale, de la motivation, de l'envie. Il active les circuits de la récompense. 
La Lactoferrine, protéine présente dans le colostrum, est le complément idéal pour réguler les niveaux de fer sans apporter de fer. Les études scientifiques montrent qu'elle agit particulièrement bien sur l'anémie et régule l'excès ou l'insuffisance en fer dans l'organisme.


Réguler les niveaux de progestérone

Le SOPK traduit également une difficulté à maintenir une production équilibrée des deux grandes hormones féminines. L'excès d'androgènes (hormones mâles) entraîne précisément la baisse de la progestérone. Afin de rétablir l'équilibre entre la progestérone, bienfaisante pour le corps et l'esprit de la femme et la surproduction d'androgènes, une plante s'impose. Le Gattilier, plante de référence pour réguler la progestérone protectrice des cellules et des tissus, est utilisée depuis des siècles par les femmes pour harmoniser leurs cycles hormonaux avec une grande efficacité. Elle réajuste l'équilibre entre les deux grandes hormones féminines en faveur de la progestérone. Celle-ci régule l'excès d'hormones mâles et l'excès d'hormones féminines comme les oestrogènes qui vont ralentir l'activité de la glande thyroïde. De plus, on retrouve un ratio estrogènes/progestérone élevé lors des cycles anovulatoires, il est donc indispensable de diminuer l'activité des androgènes (hormones mâles) et l'excès d'oestrogènes (une des deux hormones féminines) car elles ralentissent de manière importante l'activité de la thyroïde.

(Département d'endocrinologie gynécologique. Faculté de Médecine Katowice. Pologne. 2017)


Diminuer la taille des kystes

Lorsque les kystes sont volumineux ou lorsqu'ils sont installés depuis longtemps, il devient indispensable d'utiliser un complément véritablement efficace pour les réduire ou les éliminer.
La Bromelaïne, enzyme extrait de l'ananas, s’est imposée comme le complément de référence pour véritablement décomposer et dissoudre les tissus n'appartenant pas à l'organisme. Utilisée tout d'abord en Allemagne dès le début du XXème siècle, la bromelaïne a montré son efficacité chez des milliers de patients à travers le monde, dans les troubles inflammatoires, les œdèmes, les congestions veineuses, les kystes et autres conglomérats de tissus. Dans le SOPK, la bromelaïne va être d'une grande aide afin de diminuer et d'éliminer des tissus que l'organisme ne peut éliminer.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)